F.A.Q.


Qu'est-ce que le livret jeux ?

Il s'agit d'un livret jeux ludo-pédagogique qui permet aux enfants de découvrir le musée sous un aspect différent.
Amusez-vous avec eux ! Un soupçon de curiosité, un peu d'observation, un brin de connaissances, une pincée d'ingéniosité.... Vous avez là la potion idéale pour passer un après-midi extra en jouant aux explorateurs !

(Il existe différents niveaux selon l'âge et le niveau scolaire)

Profitez du pack enfant à prix promotionnel (incluant l'entrée, le livret jeux et les crayons bio Jardins Aquatiques).

 

N'oubliez pas de jouer au quizz et gagner le précieux sésame pour nourrir les carpes du parc au creux de votre main.

Peut-on prendre des photos ?

Oui sans aucun problème. Le parc est fait pour ça, c'est notre vitrine commerciale.
Le parc permet aux clients de s’inspirer, de prendre des idées et de bénéficier de notre savoir-faire en la matière. Le client peut donc aussi se rendre compte de l’évolution d’un bassin et de la plantation notamment au bout de plusieurs années.

De plus, il serait dommage de venir se promener et de profiter de la floraison abondante sans pouvoir en garder de souvenirs photographiques.

Il est à noter que plusieurs fois dans l’année de jeunes mariés nous demande de venir faire des photos de mariage, ce que nous acceptons volontiers.

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous faire parvenir vos photos par mail, nous les publierons sur nos réseaux sociaux avec votre accord ;)

Les Koï se mangent-ils ?

Les Koï sont des carpes comme celles présentes dans nos étangs. Les seules différences sont les couleurs et le fait qu’elles soient élevées au Japon. Néanmoins, elles n’ont pas les yeux bridés.

Découvrez notre sélection de Koï.

Qu'elle est l'espérance de vie d'un Koï ?

Dans de bonnes conditions de vie, un Koï peut vivre jusqu'à 60-80 ans sans aucun problème (nourriture adaptée et en suffisance, température tempérée de l’ordre de 20°C, volume d’eau important pour offrir un maximum de place…). Comme pour les hommes, certains vivent vieux et d’autres meurent jeunes.

Cependant, au Japon, le Koï d’un Empereur a vécu 226 ans !

Quel est le prix d’un Koï ?

Le prix varie de quelques euros à des milliers d’euros, il n’y a pas de limite.

Cela dépend de la taille du poisson, des motifs, des couleurs et de la rareté.

Mais cela ne fait pas tout ! Comme pour les chevaux ou les chiens, on achète aussi le pedigree du poisson et la renommée de l’éleveur.

Voici une belle sélection de Koï, il n'y pas qu'à choisir celui qui vous plait le plus !

Faites-vous plaisir au magasin...;)

Quel type de nourriture donne-t-on aux Koï ?

La nourriture que l’on donne aux carpes Koï est un aliment de pisciculture, spécialement étudié et formulé pour les Jardins Aquatiques. Il répond au mieux aux besoins des poissons et leur assure une croissance rapide, saine et de belles couleurs.

Cette nourriture contient principalement des céréales et de la farine de poissons.

Pour l’éclat des couleurs, cette nourriture est riche en spiruline.

Les Koï se reproduisent-ils ?

Oui, les Koï se reproduisent sous nos latitudes sans le moindre souci, tout comme les carpes de nos étangs. Il faut que les poissons soient âgés d’au moins 3 ans et que la température de l’eau dépasse les 20°C. C’est donc pour cela que la reproduction a lieu généralement début juin.

Cela se passe de bonne heure le matin, dans les végétaux en surface. Les femelles déposent le fraye et les mâles passent derrière pour le féconder. En quelques jours les petits naissent et cherchent de suite à se nourrir. Ils prennent ensuite leurs couleurs définitives très rapidement.

Certaines plantes sont dexcellents supports de frai, ssinon nous pouvons également utiliser des supports de frai spécifiques.

Les Koï sont-ils cannibales ?

Les Koï sont des poissons omnivores au même titre que la carpe. Par conséquent, les autres poissons ne font pas partie de leur régime alimentaire.

Le risque de prédation s’applique surtout aux alevins âgés de quelques jours qui n’ont encore par leurs couleurs et leur forme définitive. Ceux-ci peuvent alors être happés par accidents par un Koï plus gros. Mais, en aucun cas, les adultes ne chassent les petits pour les manger.

Nous prenons bien soin de nos poissons !

Les Koï ont-ils des dents (risque de morsure) ?

Les Koï possèdent des dents mais au fond de la gorge. Ce sont les dents pharyngiennes. Le rôle de ces dents est la mastication, comme les molaires chez les hommes. Il n’y a donc aucun risque de morsure lorsque les Koï viennent manger dans la main. Ce sont des poissons pacifiques.

Retrouvez toutes les infos sur les Koï dans des ouvrages spécialisés.

Pratiquez-vous la reproduction de Koï ?

Nous ne faisons pas de reproduction car il faut beaucoup de temps pour sélectionner les géniteurs et les jeunes issus de la reproduction. Il faut ensuite s’en occuper très régulièrement et pour cela disposer de beaucoup de temps.

En effet, sur les millions de jeunes qui vont naître, moins de la moitié remplira les critères de beauté et de valeur définis par les Japonais. Il faut donc alors se débarrasser d’un grand nombre et c’est un manque à gagner compte-tenu du temps passé à les élever.

D'autre part, les Japonais ont acquis un savoir-faire en la matière que l’on est pas prêt d’égaler, c’est pourquoi leurs poissons sont si beaux et si réputés.

Quel est l'âge des plus gros Koï présents dans le parc ?

Les plus gros Koï présents dans nos bassins sont âgés d’une quinzaine d’années, soit l’âge de l’entreprise. On aurait pu choisir d’introduire de suite des gros poissons mais cela aurait eu un surcoût. De plus, il est aussi agréable de voir les poissons grandir au fil des années.

Leurs couleurs chatoyantes et leur docilité vous raviront

Comment se passe la croissance des poissons ?

La croissance des poissons est relativement rapide car, la première année, le poisson atteint facilement 10 cm. Pendant les trois premières années de sa vie, il va doubler sa taille chaque année. Puis, la croissance se ralentie et le poisson devient plus massif avec le temps.

Un poisson ne s’arrête jamais de grandir, mais il adapte sa croissance en fonction du volume d’eau dans lequel il vit. A partir d’un certain âge, sa croissance est fortement ralentie.

Les Koï ont besoin d'une nourriture spécifique qui leur permettra de s'épanouir au mieux...

Y a t il d’autres variétés de poissons que le Koï dans le grand étang ?

On trouve aussi les variétés classiques de poisson d’étang : carpes, gardons, perches, tanches…. En plus des koi, poissons rouges et esturgeons. Regarder bien, il y en a toujours cachés sous les plantes...

Il faut noter la présence de notre mascotte dans l’étang ; à savoir une carpe commune de 10 kg que l’on voit souvent sous les saules à quémander de la nourriture la bouche grande ouverte.

Comment cela se passe-t-il en hiver, met-on les poissons à l’abri ?

On ne rentre pas les poissons. Les bassins sont suffisamment profonds pour que les poissons s’y réfugient et ne gèlent pas. On ne nourrit plus à partir de +/- 8°C et on arrête les filtres. Les plantes fanent et sont ensuite taillées. On place alors des systèmes de cloche anti-gel pour empêcher que la glace ne prenne sur toute la surface du bassin . Les poissons peuvent ainsi respirer et ne s'asphyxie pas.

Au printemps, la vie redémarre et les poissons sortent de leur hibernation.

La vie d’un poisson en hiver peut s’apparenter à celle d’une marmotte qui hiberne pour ne ressortir et s’activer qu’avec les beaux jours.

 

Les hérons et les cormorans viennent-ils manger les poissons ?

Les hérons viennent toute l’année, de préférence quand il n’y a personne. Ce sont des animaux très intelligents qui savent quand la journée de travail se termine et viennent prendre le relais. On peut dire que le parc est surveillé 24h/24h. Par contre, les cormorans ne viennent pas car nous mettons des fils sur l’étang afin de les empêcher d’atterrir l’hiver.

Les hérons sont des oiseaux piscivores et viennent alors pour "chasser" nos Koï.

Bien souvent, ils s’attaquent aux petits Koï qu’ils mangent mais, parfois, ils ont les yeux plus gros que le ventre et s’attaquent à de plus gros. Comme ils ne peuvent pas les manger, ils les sortent de l’eau, les blessent et les laissent mourir sur la berge. Si le poisson ne meure pas, il est trop gravement blessé pour être soigné et sauvé.

Il existe différentes solutions pour protéger vos poissons : alarmes, arroseurs...

Comment s'effectue la plantation des plantes ?

Les plantations sont effectuées dans des paniers en plastique. C'est ainsi plus facile à manipuler lors du nettoyage du bassin. De plus, cela permet de limiter le développement de la plante et empêcher qu’elle n'envahisse le bassin.

Dans le panier, on place alors du terreau aquatique, bien moins riche que le terreau horticole qui risquerait de provoquer un fort développement d’algues.

Sur le dessus du terreau, on va placer de la pierre de lave qui est abrasive et rugueuse ; cela permet d’éviter que les poissons ne viennent fouiller dans le panier et déraciner la plante.

Chaque année, il faut rajouter de l’engrais pour que la plante se développe et s’épanouisse correctement.

Pour ceux qui souhaitent ajouter une touche originale, il est possible d'installer des îlots à plantes, faciles à installer et à entretenir.

Quelle différence y-a-t-il entre les lotus et les nénuphars ?

Ce sont 2 espèces de plantes très différentes.

Sur le nénuphar, les feuilles et les fleurs flottent, tandis que pour le lotus, les feuilles  et les fleurs sont aériennes. Chez le nénuphar, la fleur dure 5 jours contre 2 chez le lotus. Le lotus va craindre le gel et doit être protégé en hiver en l’immergeant au moins à 60 cm de profondeur.

Le lotus est une plante mythique en Asie qui est associée à diverse croyance. De plus le lotus est consommé par l’homme : la tige, le rhizome, les feuilles alors que le nénuphar ne l’est pas.

Les plantes craignent-elles le gel ?

La plupart de nos plantes aquatiques et de rive sont acclimatées à notre climat même si elles viennent de régions très différentes (Asie, Amérique, Afrique…)

Les quelques rares plantes vendues craignant le gel sont donc paillées en hiver à la manière d’un bananier ou d’un arum dans le jardin.

Toutefois, en fonction de la rigueur de l’hiver, certaines plantes risquent tout de même de péricliter, notamment le froid est trop fort et prolongé.

Nous avons une grande quantité de plantes qui ornent nos bassins, toutes ayant des bienfaits précis sur l'environnement.

Avez-vous des grenouilles dans le parc ?

Bien évidemment que oui ! Mais la végétation est tellement dense qu'il est diffcile de les voir. Au printemps, on se rend compte de la forte population qui vit ici quand elles se mettent toutes à chanter pour la saison des amours. Ensuite on aperçoit des nuées de têtards qui nagent dans les bassins.

Il doit certainement y avoir plus de grenouilles que de poissons dans le parc...Mais attention il est interdit de venir pêcher les grenouilles dans le parc !!!

Faut-il une autorisation pour réaliser un bassin ?

Il n’existe pas de réglementation en vigueur pour définir les devoirs et obligations de propriétaires de bassin. En effet, c’est un flou juridique.

Cependant, quelques règles sont tout de même à respecter :

- Si supérieur à 1000m2, il faut une autorisation du maire de votre commune,

- Jusqu’à 3ha déclaration, il est nécessaire de faire une déclaration auprès de la DDAF

- Si maçonnerie (murs en béton…), il vous faudra effectuer une demande de permis de construire.

N'oubliez pas d'envisager  la gène occasionnée par le chant des grenouilles et prenez des précautions quant aux risques de chute dans le bassin.

Prenez contact avec votre mairie et les impôts en ce qui concernant la législation des bassins de baignade.

L’eau communique-t-elle entre chaque bassin du parc ?

Chaque bassin est indépendant afin de limiter les propagations de maladies entre les poissons. De plus, cela serait trop lourd à mettre en œuvre que d’avoir des tuyaux et des vannes en tous sens et partant de partout afin d'alimenter chaque bassin. Ce serait un vrai labyrinthe !

Recycle-t-on l’eau des bassins ?

Oui, avec des filtres biologiques et des appareils à UV.

Le filtre UV sert à éclaircir l’eau en tuant les algues microscopiques responsables de la couleur verte de l’eau. Ces mêmes algues sont ensuite retenues dans le filtre.

Le filtre sert aussi à nettoyer l’eau des déchets des poissons (excréments, nourriture non consommée…) comme le fait une station d’épuration.

 

Un bassin demande-t-il beaucoup de temps ?

Il existe certains impératifs comme nettoyer la filtration au moins 2-3 fois par an, tailler les plantes et nourrir les poissons. Sur une année entière, cela doit représenter au maximum une journée de travail effectif en fonction, bien sûr, de la taille du bassin.

Cependant, dans le cas d’un bassin naturel comme une mare, il n’existe quasiment pas d’entretien, cela s’apparente à un étang. Il n’y a pas de filtre, les poissons se nourrissent d’eux-mêmes. Seules les plantes peuvent être à taillées si l'on ne veut pas que cela génère trop de vase.

Qu'en est-il de l'étanchéité ?

Il existe plusieurs techniques pour réaliser l’étanchéité. Celle que nous préconisons fait intervenir de la bâche soit en PVC soit en EPDM.

L’EPDM c’est de la chambre à air de vélo en plus résistant quand même. Il a pour avantage d'être bien plus costaud que le PVC.

Seul le grand étang n’est pas étanché avec de la bâche compte-tenu de la nature du terrain qui garde bien l’eau.

D’où vient votre granit ?

Les granits proviennent de Chine et sont taillés à la main spécialement pour les Jardins Aquatiques. On réalise chaque année un import avec ce que l’on prévoit de vendre dans l’année.

Découvrez notre large gamme de granit : lanternes, animaux... il y en a pour tous les goûts.

Pourquoi cette clôture tout le tour du parc ?

La clôture qui entoure le parc sert à nous protéger des ragondins. Les ragondins sont des mammifères herbivores importés des Amériques pour leur fourrure et qui se sont échappés de leurs élevages. Ces animaux se sont très bien adaptés puisqu’ils n’ont pas de prédateurs et pullulent le long de nos rivières et plans d’eau.

Le ragondin est très friand des jeunes pousses de végétaux aquatiques et s’attaquait, avant la mise en place de la clôture, à toutes les plantes aquatiques.En arrivant le matin, nous retrouvions plein de feuilles de nénuphars et autres végétaux coupés. Alors, nous a fallu poser des pièges à balancier pour les capturer. Nous en attrapions quasiment 1 à 2 tous les jours. Toutefois, cela représentait une perte de temps trop importante. Nous avons donc investi dans cette clôture électrique déjà utilisée au Parc des Oiseaux. Depuis, nous n’avons plus de problème avec les ragondins.

Le Parc des Jardins Aquatiques
Moulin des Vernes
Rte de Châtillon sur Chalaronne
01140, St Didier/Chalaronne

Préparez votre visite

Suivez-nous sur :

Facebook RSS
  • Only Lyon
  • Destination beaujolais
  • Ain tourisme
  • Demain est déjà dans l'Ain
  • La route de la Bresse
  • La route de la Dombes
Liens partenaires

Tout le matériel et les conseils de professionnels
pour votre bassin de jardin
pompes / bâche EPDM / filtre / éclairage / anti-algues / anti-vase
décoration granit / nourriture Koï

Accédez à la boutique Voir la boutique ›
  • Renseignements : 04 74 04 03 09 (appel non surtaxé)